Corbeil-Essonnes : une armurerie en ligne de mire

26 Janvier 2001

Le 12 janvier dernier, l'ouverture de la plus grande surface en France consacrée à la chasse, à Corbeil-Essonnes, a soulevé l'indignation des élus de l'opposition à Serge Dassault, le maire, mais aussi d'associations de quartiers qui ont tenu à manifester à cette occasion.

Ce grand magasin, qui vend du matériel de randonnée et de pêche, vend aussi des armes et cela à 800 mètres de la grande cité de 10 000 habitants des Tarterêts, une cité réputée "sensible" notamment à cause des affrontements entre bandes qui ont abouti à la mort à coups de fusil d'un jeune de 14 ans en novembre dernier à Courcouronnes, une banlieue voisine.

Dans ce contexte particulier, l'ouverture de l'armurerie a choqué. Mais le plus choquant, ce n'est pas le magasin lui-même qui par sa seule présence augmenterait automatiquement le climat d'insécurité, ce qui est discutable. Le magasin particulièrement bien protégé, interdit aux mineurs et installé du côté opposé de la Nationale 7 par rapport à la cité ne vise guère de clients potentiels dans cette cité-dortoir de la banlieue parisienne mais principalement la riche clientèle qui passe par là pour se rendre dans ses chasses en Sologne! C'est sur l'opportunité d'un tel magasin que les habitants des Tarterêts sont en droit de s'interroger. Car eux auraient plutôt besoin d'une grande surface d'alimentation, d'un tabac ou d'un coiffeur, autant de commerces qui font désormais défaut dans le quartier.

Et voilà qu'ils ne voient s'ouvrir pour le moment, à grands renforts de publicité, qu'un magasin qui fait surtout la chasse aux amateurs fortunés de gros gibier sur la route des week-ends! Douteux résultat de la sacro-sainte liberté du commerce...

Claire LACOMBE