Explosion due au gaz à Paris : les bombes des tuyaux en plomb

12 Janvier 2001

Le 3 janvier, une explosion due au gaz a fait deux morts dans un immeuble de la rue Saint-Maur à Paris. L'immeuble en question était vétuste et pas entretenu par son propriétaire. A la suite de dégâts des eaux, l'électricité avait été coupée dans un logement. Les premiers éléments de l'enquête semblent indiquer qu'un locataire privé d'électricité avait réalisé lui-même un «branchement sauvage». Celui-ci aurait provoqué un court-circuit et l'échauffement, puis la fonte d'un tuyau d'arrivée de gaz en plomb. Chacun sait que ce métal fond très facilement.

Le gaz s'est échappé, et au bout d'un moment l'explosion s'est produite. Il y a, à l'évidence, la responsabilité du propriétaire qui maintient ses locataires dans un immeuble à la limite de l'insalubrité, avec les conséquences que cela a entraînées. Mais plus généralement il y a l'énorme danger que représente la présence des tuyaux en plomb dans les vieux immeubles, aussi bien à l'intérieur des logements que dans les parties communes. Il est arrivé que dans certains incendies, dus à de tout autres causes, les tuyaux fondent et que le gaz qui s'échappe alimente alors le foyer, avant que les pompiers ou les services de Gaz de France parviennent à couper les arrivées !

Dans les immeubles récents les tuyaux d'arrivée du gaz sont en acier ou en cuivre. Mais les soudures à l'étain (qui fond tout aussi facilement) sont tolérées dans les logements !

En coûterait-il si cher de recenser et de rembourser le remplacement de ces tuyauteries dangereuses, dans des logements et des immeubles habités le plus souvent par des gens peu fortunés ? Beaucoup moins que la moindre des aides que l'Etat dispense généreusement au patronat. Et cela aurait le mérite de sauver des vies humaines.