Lutte ouvrière dans les législatives : faire entendre le camp des travailleurs

17 Mai 2017

La grande bourgeoisie poursuit sa guerre contre les travailleurs, à coups de suppressions d’emplois, de bas salaires et d’aggravation de la précarité. Et, derrière le costume « d’homme neuf » de Macron, les mêmes politiciens de droite et de gauche vont gouverner ensemble pour imposer cette politique.

La seule opposition qui pourra arrêter les attaques que le gouvernement annonce sera celle que les travailleurs feront naître par leurs luttes, par leur mobilisation sur le terrain, à condition qu’elles n’aboutissent pas dans des impasses.

En vue des élections législatives, le Front national se présente comme la principale force d’opposition, alors qu’il détourne justement les travailleurs de la défense de leurs intérêts, en les divisant, en prenant pour cible les immigrés et en présentant les frontières et le protectionnisme comme la solution au chômage.

Contre ce genre de démagogie, que l’extrême droite n’est pas la seule à propager, les candidats de Lutte ouvrière feront entendre les intérêts politiques et matériels des travailleurs.

Ouvriers, employés ou techniciens, enseignants, travailleurs de la santé ou du ménage, cheminots ou conducteurs de bus, mécaniciens, retraités ou demandeurs d’emploi : les 553 candidats de Lutte ouvrière et leurs suppléants font partie du monde du travail. La moitié de ces candidats sont des femmes. Ils seront présents dans toutes les circonscriptions de métropole, y compris la Corse. Dans les huit circonscriptions de Martinique et de Guadeloupe, ces candidats sont ceux de l’organisation antillaise Combat ouvrier. Lutte ouvrière sera également présente dans six des sept circonscriptions de La Réunion.

Les candidats de Lutte ouvrière incarneront dans ces élections le courant politique représenté par Nathalie Arthaud à l’élection présidentielle. Ils exprimeront la fierté d’appartenir au camp des travailleurs, la conscience d’avoir à défendre des intérêts opposés à ceux du grand patronat et la nécessité de reconstruire un parti ouvrier communiste portant la perspective de renverser la dictature du capital sur la société.

Nadia CANTALE