GM&S – La Souterraine : les travailleurs déterminés

17 Mai 2017

Lundi 15 mai, une nouvelle réunion de négociations entre les représentants des travailleurs de GM&S, des élus locaux et des représentants de Peugeot et Renault a eu lieu à la préfecture de Guéret.

Devant la préfecture, la moitié de l’effectif de GM&S – l’autre moitié continuant à occuper l’usine –, des délégations syndicales du Limousin et des habitants de La Souterraine s’étaient rassemblés pour soutenir les délégués CGT et FO, qui ont d’abord été méthodiquement fouillés avant de pouvoir franchir le portail de la préfecture. La réunion commencée à 15 h s’est finie à 21 h. Les représentants des constructeurs ont été évacués de la préfecture sous protection de la police, très présente dans tout le quartier, de peur que les travailleurs, qui avaient fait brûler des palettes et des pneus pendant six heures devant le portail, ne les interceptent !

Les constructeurs et les autorités cherchaient surtout à tergiverser, espérant que la combativité et la colère des travailleurs se tassent et que La Souterraine ne soit plus sous les feux des médias. Chaque constructeur a ajouté un million d’euros de commandes supplémentaires, ce qui représente une goutte d’eau. Ce que demandent les travailleurs de GM&S, et qui permettrait de sauvegarder tous les emplois, ne représente pourtant que 1 % du chiffre d’affaires des deux groupes !

Une montée en charge des commandes sur trois ans a été évoquée, mais sans aucune garantie, le nombre d’emplois proposés si la reprise se faisait a été revu un peu en hausse, la période d’observation judiciaire qui devait se terminer le 23 mai pourrait être prolongée.

Mardi 16 mai, à 15 h, sous un soleil de plomb, près de 2 000 manifestants se sont rassemblés dans la cour de l’usine. Outre des groupes d’entreprises de la Creuse et des départements limitrophes, des délégations de travailleurs de PSA Poissy et Saint-Ouen, de Renault Flins et de Renault Le Mans étaient présentes.

Le meeting, animé par les interventions de responsables syndicaux locaux, s’est conclu par une intervention à la fois émouvante et combative d’un délégué de GM&S qui a appelé à continuer à se battre car, a-t-il dit en substance, le fait même de ne pas accepter et d’avoir mené la lutte est un gage pour l’avenir. Il a appelé à se rendre en manifestation jusqu’à la mairie où, tous les travailleurs de GM&S occupant le grand balcon face aux manifestants, s’est tenu un deuxième meeting : un message de Martinez, secrétaire général de la CGT, a été lu, le député socialiste de La Creuse, qui se dit solidaire de la lutte depuis le début, et un représentant du conseil régional qui a jusque-là garanti des prêts assurant les salaires ont également pris la parole.

Un délégué a conclu en appelant à surveiller les mails, les SMS, les réseaux sociaux : ils sont déterminés à continuer à se battre et préparent de nouvelles actions.

Correspondant LO