GMF – Saran : pas d’accord pour le nouveau statut !

17 Mai 2017

Suite à un appel national de leurs syndicats, une centaine de salariés GMF du site de Saran, près d’Orléans, ont débrayé et se sont rassemblés mardi 9 mai pour dénoncer leur nouveau statut issu de la fusion, sous le sigle Covea, de la GMF, la MAAF et MMA.

Nationalement, ce sont 1 000 travailleurs sur 6 000 du groupe GMF qui se sont mobilisés. Pour beaucoup de salariés, il s’agissait d’une première !

Le nouveau statut se traduirait, selon les catégories, par la suppression de trois à huit jours de congés. Avec l’annualisation du temps de travail, la flexibilité serait accrue. Ainsi, en période basse, les semaines pourraient être de 20 heures et jusqu’à 44 heures en période haute. Les travailleurs n’en seraient informés que 14 jours à l’avance dans le meilleur des cas, 48 heures au pire ! Le travail du samedi serait généralisé.

Dans le même temps, les bénéfices de Covea ne cessent d’augmenter (+ 9 % depuis 2015) et dépassent le milliard d’euros. Il y a donc largement de quoi embaucher et augmenter les salaires !

Depuis mardi 9 mai, les discussions continuent. Une majorité a pris conscience que la mise en place du statut commun va considérablement dégrader les conditions de travail et la vie personnelle.

Comme la direction a opposé une fin de non-recevoir et a ainsi affiché son mépris, la grève a été reconduite au jeudi 18 mai.

Correspondant LO