Renault – Flins : accident mortel

19 Avril 2017

Le 10 avril, un chauffeur routier lituanien a été tué à l’usine Renault de Flins. Il aurait été écrasé par le plateau supérieur de son camion, alors qu’il chargeait des voitures pour la CAT, entreprise sous-traitante de Renault pour la livraison des voitures.

D’après Le Parisien, le travailleur était dépourvu d’équipements de sécurité. L’enquête légale est sans doute en cours, mais ce que savent les salariés, qu’ils soient employés par Renault, par la CAT, par Trigo, Randstat, Manpower ou autres, c’est que les conditions de travail qui leur sont imposées sont de plus en plus difficiles. Le flux tendu, destiné à économiser du temps et de l’argent, celui du stockage notamment, est générateur de stress et de risques accrus. Les machines, les engins de transport, les camions de livraison, sont soumis aux règles du juste-à-temps et ce n’est pas par hasard que se produisent les accidents.

La politique patronale vise à utiliser à fond les équipements et surtout les femmes et les hommes, le jour et la nuit, les week-ends et même les jours fériés, comme récemment le lundi de Pâques. C’est cette politique qui est à la source des maladies, des TMS et, pire, des accidents parfois mortels. La responsabilité est d’abord patronale, et avant tout des donneurs d’ordres, comme Renault.

Correspondant LO