Groupe Schlumberger : contre les suppressions d’emplois

19 Avril 2017

Le groupe Schlumberger, numéro un mondial des services pétroliers, vient d’annoncer son cinquième plan de licenciements en France

Après Abbeville, Béziers, Roissy et Clamart en 2015, le centre de Clamart subit aujourd’hui une nouvelle vague de licenciements. Après les 136 postes supprimés en 2015, la direction veut supprimer 122 postes. Cela fera une baisse de près de 40 % des effectifs en deux ans, 50 % en prenant en compte les sous-traitants.

Le projet prévoit la délocalisation d’un service de recherche à Houston, aux USA, où sur les 56 postes seuls dix reclassements sont proposés, mais aucun pour les techniciens.

Les mesures qui avaient évité le chômage dans les plans passés sont divisées par deux, alors que le groupe se porte bien.

Schlumberger a les moyens d’assurer un travail et un salaire à tous. En 2016, en plein marasme de l’industrie pétrolière, le groupe a déclaré un bénéfice net certes en baisse mais tout de même de 1,55 milliard de dollars. Un seul actionnaire a touché 24 millions de dollars ! De plus Schlumberger a bénéficié de 150 millions de fonds publics en crédit impôt recherche, et en crédit impôt compétitivité emploi.

C’est le personnel qui crée toutes ses richesses et qui subventionne sa direction avec une part de ses impôts !

Les travailleurs qui ont bloqué l’entrée des camions de matériel ont voulu se faire entendre. Les propositions de la direction, face à leur réaction, sont à la hausse, mais elles sont toujours loin du compte.

Correspondant LO