Fillon : grand ratissage à droite

19 Avril 2017

Dans le sprint final avant l’élection, Fillon a tenu à s’afficher résolument à droite, dans le but de faire revenir une partie des voix que l’affaire Penelope lui avait fait perdre.

« La sécurité partout et pour tous », a-t-il déclaré le lundi de Pâques à Nice, comme si l’ensemble de la population n’avait que ce souci en tête ! Fillon a insisté sur l’arsenal sécuritaire qu’il compte appliquer s’il est élu, avec le renfort des moyens de la police, la construction de prisons, l’abaissement de la majorité pénale à 16 ans, une réelle application des peines, etc. On croirait un copier-coller du programme de la candidate du Front national.

Mais Fillon ne veut pas seulement récupérer une partie de l’électorat lepéniste, il ratisse plus large. Ainsi, samedi 15 avril, sur Radio Forum J., ses propos se sont dirigés vers cette fraction de la bourgeoisie traditionaliste, engluée dans sa bigoterie et sa haine des pauvres, qui faisait le gros des troupes des Manifs pour tous contre le mariage homosexuel. Il a ainsi évoqué la possibilité de nommer des ministres issus de Sens commun, un groupe de catholiques intégristes créé en 2013 dans le but de peser sur l’UMP – dans un sens encore plus réactionnaire évidemment – et qui a ensuite rejoint le parti Les Républicains.

Fillon récupérera-t-il suffisamment de voix pour être présent au second tour ? En tout cas, il a clairement réaffirmé qu’il se plaçait non seulement à droite, mais dans sa frange la plus réactionnaire.

Marianne LAMIRAL