PCF : vote utile à gauche et nouvelles illusions

12 Avril 2017

Au lendemain du rassemblement de Mélenchon à Marseille le 9 avril, titrant à la une « Le vent se lève », L’Humanité a appelé « à un grand coup de collier des communistes, des Insoumis, des démocrates, des syndicalistes, (qui) peut tout bousculer ».

La direction du PCF remet en avant l’argument du vote utile à gauche censé permettre à Mélenchon d’être présent au deuxième tour. Le directeur de l’Humanité, Patrick Le Hyaric, évoque une dynamique d’où peut « s’ouvrir une période plus favorable dans laquelle les forces syndicales (…) trouveront matière à une nouvelle expression ».

Comment le PCF serait-il capable d’influer en quoi que ce soit sur la politique qui serait menée par Mélenchon, en envisageant le cas très improbable où celui-ci serait élu, alors qu’il a été incapable d’influencer Mitterrand ou Jospin, à une époque où il avait un poids électoral bien plus important qu’aujourd’hui ? Plus récemment, le PCF n’a pas été davantage en mesure d’influer sur la politique de Hollande. La raison est simple : les socialistes au gouvernement, flanqués ou non de ministres du PCF, prennent leurs ordres exclusivement du patronat et de la finance. En contribuant à porter au pouvoir ces socialistes, les dirigeants du PCF se sont faits les complices d’ennemis des travailleurs. Cette politique a été une impasse pour le PCF et elle a désorienté une grande partie de ses militants.

Une véritable politique communiste ne peut consister à soutenir de tels politiciens bourgeois. Il faut indiquer une autre voie. C’est cette politique que veut défendre Lutte ouvrière, notamment en présentant la candidature de Nathalie Arthaud. Affirmer le camp des travailleurs face à tous les politiciens qui veulent les tromper, en appelant à un vote de conscience ouvrière, c’est aussi dire qu’il faut aller vers la construction d’un véritable parti communiste, ouvrant la perspective d’une transformation révolutionnaire de la société, vers une société communiste.

Jean SANDAY