Linky et Gazpar : des compteurs intelligents pour compter les sous

12 Avril 2017

Les nouveaux compteurs d’électricité Linky, dits intelligents, sont installés au rythme de 18 500 par jour dans l’ensemble du pays. Plus de trois millions et demi ont déjà été posés. À partir de juin on devrait passer à 20 000 par jour et 35 000 à la fin de l’année.

Six fabricants ont été choisis, pour un premier lot, et devraient être reconduits pour un second appel d’offres. Et il y en aura un troisième cet été.

Les candidats se bousculent, car Enedis (filiale d’EDF) a garanti aux installateurs un bénéfice substantiel de 7,25 %, à quoi la Commission de régulation de l’énergie a rajouté 3 % « conditionnés à la performance », afin que les compteurs soient posés dans les délais. Cela fait du 10,25 % au total, ce qui est particulièrement rémunérateur. Et c’est ce qui explique aussi que les compteurs soient posés chez les clients à toute allure. Bien ou mal fait, mais vite fait !

L’ensemble du marché est estimé à 5 milliards d’euros. En principe, selon les annonces d’EDF, cela ne devrait rien coûter aux usagers, celle-ci se remboursant petit à petit grâce aux économies générées par les compteurs. Peut-être. En tout cas les clients, lorsqu’ils recevront leurs factures, ne sauront jamais s’ils payent tout ou partie de l’installation des compteurs.

Pour les abonnés au gaz, souvent les mêmes qu’à EDF, sont prévus des compteurs tout aussi intelligents dénommés Gazpar. 140 000 ont été installés dans des régions pilotes et, à partir du 1er mai, ce sera le grand déploiement : 700 000 devraient être installés fin 2017. La dépense totale est estimée à 1 milliard d’euros, mais on annonce cette fois qu’il en coûtera aux usagers 2 euros par an. Peu sans doute, mais ce ne sera pas gratuit.

Ainsi, les usagers seront bientôt bardés de compteurs. Qu’en résultera-t-il pour eux ? On ne sait pas, mais on sait déjà que les compagnies qui les posent s’en mettent plein les poches.

A.V.