Factures d’électricité : nouveau rattrapage

12 Avril 2017

EDF a commencé à envoyer à ses clients des lettres leur signalant que, suite à une décision du Conseil d’État du 15 juin 2016, il va y avoir des rattrapages sur les factures et donc une augmentation de l’ordre de 30 euros par client.

Ce n’est pas la première fois que cela se produit. On connaît le mécanisme. Premièrement, EDF demande une certaine augmentation des tarifs. Deuxièmement, le gouvernement estime cette hausse exagérée et décide d’en limiter le montant. Tant mieux pour les usagers, semble-t-il. EDF est désolée mais, détenue à environ 85 % par l’État, est obligée de s’incliner.

Ensuite, ce sont les sociétés qui vendent du courant en concurrence avec EDF qui saisissent le Conseil d’État, pour contester la légalité de la mesure du gouvernement. À la fin EDF, qui au fond est ravie, envoie des lettres aux clients et procède au rattrapage. Quant au gouvernement, il a l’air de n’y être pour rien. Il prétend avoir voulu préserver le pouvoir d’achat de la population et c’est un autre organisme, le Conseil d’État, qui a pris la décision désagréable.

En fait, tout ceci est une belle arnaque. D’abord, à cause de l’existence même de sociétés qui ont été créées prétendument pour introduire de la concurrence et faire baisser les tarifs. Dans cette affaire, elles font grimper les prix, alors qu’elles ne font que vendre l’électricité produite par les centrales d’EDF.

Ensuite, le partage des rôles entre le gouvernement et le Conseil d’État permet à un organisme qui n’est pas élu de prendre des décisions. Le gouvernement s’incline, alors qu’il n’y est pas obligé.

Et, en fin de compte, les clients des compagnies d’électricité sont ainsi taxés aussi bien par EDF, par ses concurrents, que par le gouvernement.

Et le pire c’est que, si les choses semblent réglées pour la période allant de 2013 à 2015, il se pourrait qu’il y ait encore un reliquat pour 2012, et donc encore un rattrapage à venir...

André VICTOR