Chômage : une arme aux mains du patronat

29 Mars 2017

Les chiffres du chômage viennent de tomber, pour février 2017. Le gouvernement s’est réjoui d’une baisse de 0,1 % du nombre des chômeurs de catégorie A, ceux qui n’ont exercé aucune activité pendant le mois. Mais si l’on compte le nombre total des chômeurs, toutes catégories confondues, y compris ceux qui ont travaillé une partie du mois ou ceux qui suivent une formation, le chômage a en réalité augmenté de 0,3 %.

Selon Pôle emploi, il y aurait 6,6 millions de travailleurs privés d’un véritable emploi. Et il faut leur ajouter les chômeurs « invisibles », parce que non déclarés, non enregistrés, par dégoût, par lassitude, parce qu’ils n’espèrent ni aide ni indemnité. Ce sont au total près de 9 ou 10 millions de travailleurs que le système capitaliste exclut du travail et rejette comme inutiles, avec toutes les conséquences pour eux et pour la société.

Le patronat utilise le chômage comme une arme contre tous les travailleurs, en exerçant un chantage à l’emploi permanent. Ce sont tous les salaires qui sont tirés vers le bas et, dans toutes les entreprises, l’exploitation s’aggrave.

Voter Nathalie Arthaud, c’est affirmer que les travailleurs se préparent à lutter pour imposer le droit de chacun à un emploi et à un salaire correct.

Vincent GELAS