Boutiques Mim : licenciements avalisés

29 Mars 2017

Mardi 28 mars, les salariés des boutiques de prêt-à-porter féminin Mim ont manifesté devant le siège de l’entreprise à Thiais dans le Val-de-Marne.

Le tribunal de commerce de Bobigny a avalisé le plan de reprise le plus défavorable, avec 800 licenciements sur 1 078 salariés, sans compter les 400 CDD présents en moyenne tous les mois et indispensables à l’ouverture des magasins. Selon ce plan de reprise, il resterait 71 boutiques sur les 270 du groupe.

Cette chaîne de magasins a changé à plusieurs reprises de propriétaire. Le dernier d’entre eux, actionnaire principal depuis 2014, la société hongkongaise Main Asia Ltd, estime perdre trop d’argent et justifie ainsi son plan. Les salariés soupçonnent le groupe de s’être entendu avec le fournisseur principal pour vider les caisses de l’entreprise à leur profit. Ils dénoncent aussi la hausse des tarifs des articles, le fait que, les magasins se vidant, il y a de moins en moins de modèles à vendre.

Les emplois devraient être maintenus, quitte à prendre sur les profits du groupe. Les salariés ne doivent pas faire les frais des manœuvres de capitalistes qui s’enrichissent en dépeçant les entreprises qu’ils rachètent.

Inès Rabah