Moulins : non aux suppressions d’emplois

22 Mars 2017

En redressement judiciaire, les établissements Chapier de Moulins, dans l’Allier, ont été rachetés par Le Forum du bâtiment, le leader national de la quincaillerie.

Cela va entraîner entre 17 et 19 suppressions d’emplois, soit 40 % des postes de l’entreprise. Le Forum du bâtiment, qui est à la tête de 110 magasins à travers la France, veut profiter de la situation pour rentabiliser un peu plus son groupe en supprimant des emplois.

En une dizaine d’années, l’agglomération de Moulins a connu plusieurs plans de licenciements. En 2009, c’est l’entreprise Potain (fabricant de grues), appartenant à la multinationale américaine Manitowoc, qui licenciait 300 travailleurs. Au même moment, l’entreprise voisine JPM (fabricant de serrures) appartenant au groupe Assa Abloy divisait le nombre de ses emplois par deux (130 licenciements). Cette même entreprise allait fermer définitivement en 2013, entraînant 150 nouveaux licenciements.

L’an dernier, c’est le groupe Intermarché qui annonçait la fermeture de sa base d’Avermes, à côté de Moulins, ce qui va conduire à 207 nouvelles suppressions d’emplois en 2018. Un contrat dit de revitalisation est en train de se mettre en place. Intermarché devrait verser 1,2 million d’euros pour « faciliter la création d’emplois et la reconversion du site ». Ce n’est pas la première fois que de telles conventions sont mises en place, sans jamais qu’aucun emploi ne voie le jour, surtout dans une région largement sinistrée par les licenciements.

Ainsi, à Moulins, les multinationales ont licencié, une entreprise nationale de commerce le fait et même une entreprise familiale comme Chapier, installée depuis des décennies, supprime des emplois. L’interdiction des licenciements est une exigence qui concerne vraiment l’ensemble des travailleurs.

Correspondant LO