Guyane : le Kourou des travailleurs bloque Ariane

22 Mars 2017

Le décollage d’Ariane 5 prévu pour le 21 mars, depuis le Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou, a été reporté. Des barrages de grévistes ont empêché le transfert de la fusée vers son pas de tir.

Depuis le 20 mars, des manifestants, avec palettes et pneus, se sont déclarés en grève illimitée et ont bloqué le rond-point permettant l’accès à la zone de lancement. Les employés d’EDF Guyane protestent ainsi contre la dégradation de leurs conditions de travail, exigent de l’embauche correspondant aux nécessités d’extension du réseau, et attendent que la direction se déplace à Kourou pour discuter.

Ceux de l’entreprise de maintenance industrielle Endel, sous-traitants du CSG, qui emploie, directement ou non, un sixième de la population active de la région, entre autres les chauffeurs chargés du transfert du lanceur d’Ariane, réclament le respect des accords salariaux. Enfin, le personnel du centre médico-chirurgical de Kourou (CMCK), soutenu par les usagers, proteste depuis quelque temps contre le projet de la Croix-Rouge, gestionnaire du CMCK, de céder l’établissement au groupe privé Rainbow Santé. Ils s’inquiètent des risques de licenciements qui pourraient survenir à la suite d’une baisse des financements de l’Agence régionale de santé, et demandent à être un établissement public.

À une époque où le lancement de satellites est devenu banal, les travailleurs doivent encore se battre avec les bons vieux moyens de la grève, avec piquets et barrages de palettes, pour obtenir le minimum qui leur est dû. Au sein de cette collectivité territoriale, sur les 250 000 habitants, près de 40 % de la population en âge de travailler est au chômage. Alors, les satellites de télécommunications peuvent bien attendre que les travailleurs soient payés comme il se devrait !

Viviane LAFONT