Avec les travailleurs de Numen

22 Mars 2017

Nathalie Arthaud a dénoncé le 8 mars sur RMC la façon dont les grandes entreprises programment des suppressions d’emplois et des fermetures d’usines dans le plus grand secret, en les planifiant à l’avance. Les 19 travailleurs de l’entreprise Numen Satel-Cidel de Meyzieu, dans le Rhône, menacés de licenciement, l’ont entendue. S’étant entièrement reconnus dans ses propos, ils l’ont contactée en lui demandant son soutien. Nathalie a publié le communiqué suivant qui les a déjà aidés à faire connaître les projets que leur patron voulait garder dans l’ombre.

« Je tiens à apporter mon soutien et ma solidarité aux travailleurs de l’entreprise Numen de Meyzieu qui viennent d’apprendre la fermeture prochaine de leur site et par conséquence leur licenciement. Numen n’est pas une PME en difficulté. Ce groupe, qui emploie près de 1 000 salariés, est spécialisé dans la numérisation, le coffre électronique, l’édition et le façonnage de chèques pour des grandes banques, le Chèque de table émis par Natixis pour la métropole de Lyon, des feuilles de paie, etc.

Le PDG de Numen a programmé depuis plus d’un an la fermeture de l’usine de Meyzieu en lui retirant des activités pour les transférer sur d’autres sites. Comme tant d’autres patrons, profitant du secret des affaires, il prétextait une baisse d’activité alors que celle-ci augmentait de 5 % et que les autres centres multipliaient le recours à l’intérim. Depuis des années, Numen ne cesse de s’agrandir en rachetant des sociétés qu’il réorganise en supprimant des emplois.

Les 19 travailleurs de Meyzieu dénoncent les méthodes de leur patron qui alimente le chômage. Ils refusent de se laisser licencier sans se battre et veulent obtenir, au minimum, des indemnités de licenciement qui leur permettront de se retourner. Ils ont mille fois raison. »