Profits du Cac 40 : le casse du siècle

08 Mars 2017

75 milliards d’euros, c’est le total des profits accumulés en 2016 par 39 des 40 plus grandes entreprises françaises cotées en Bourse, le fameux Cac 40. Soit une augmentation de plus de 30 % par rapport à l’année 2015 !

Tous les secteurs de l’économie sont à la fête. Ça roule pour les groupes automobiles, comme PSA qui a passé la surmultipliée avec des bénéfices en hausse de plus de 90 %, pour le bâtiment, avec Bouygues qui a bétonné ses profits (+ 82 %), pour la chimie, à l’exemple de Michelin qui a gonflé les siens (+ 43 %), ou bien pour l’agroalimentaire, avec Danone qui plus que jamais fait son beurre (+ 49 %), etc. La palme revient à la BNP Paribas, qui fait sauter la banque avec 7,7 milliards d’euros de bénéfices !

Les profits ont bondi, alors que le chiffre d’affaires cumulé de ces groupes capitalistes a à peine augmenté et, pour certains, a même baissé. C’est la preuve que les résultats viennent tout droit de l’exploitation accrue des travailleurs. Ainsi tous ces grands groupes ont multiplié ces dernières années les attaques : plans de licenciements massifs, blocage des salaires, augmentation des cadences, explosion de la précarité et de la flexibilité, etc. Le meilleur exemple est PSA, qui a supprimé 17 000 emplois en CDI en trois ans et qui en est déjà à son deuxième plan de compétitivité.

La société s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise et dans la misère, mais l’argent n’a jamais autant coulé à flots pour les groupes capitalistes. Ces milliards sont pourtant le résultat du vol du travail des salariés. Alors, ce sont les salaires qu’il faut augmenter, en prenant sur les fortunes colossales des grands actionnaires parasites.

Arnaud LOUVET