Migrants à Calais : l’action inhumaine des autorités

08 Mars 2017

Après avoir envoyé des huissiers, la maire Les Républicains de Calais, Natacha Bouchart, a pris le 2 mars un arrêté pour empêcher les bénévoles des associations de distribuer des repas aux migrants.

Ceux-ci recommencent à arriver par centaines depuis le démantèlement du bidonville en octobre dernier par le gouvernement. Face à eux, la maire de droite de Calais ne fait qu’enfoncer le clou de la politique gouvernementale. En effet, tout en déclarant ne pas vouloir empêcher toute distribution de repas, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, venu sur place la veille de l’arrêté municipal, s’était montré déterminé à s’opposer fermement à tout dispositif d’accueil qui « fait fixation » et constitue « un appel d’air ». Non seulement le gouvernement n’a mis en place aucun dispositif d’urgence, mais il ne reste pas inactif puisque les contrôles par les CRS se multiplient, contraignant les réfugiés à se cacher.

Heureusement, les associations ont réagi dès la parution de l’arrêté municipal. Rappelant qu’elles « font ce travail parce que l’État et les collectivités publiques ne respectent pas leurs propres obligations, en termes de lois et d’humanité », elles se sont déclarées « résolues à continuer leur action et leurs distributions ».

Jean SANDAY