Immeuble occupé : demandes scandaleuses d’un promoteur

08 Mars 2017

Un promoteur espagnol réclame devant la justice 2,7 millions d’euros aux associations Droit au logement et Jeudi noir, en dédommagement pour l’occupation d’un immeuble vide lui appartenant.

Cette occupation par une cinquantaine de familles mal logées avait commencé à la fin de l’année 2012. Il s’agissait d’un immeuble de bureaux de 2 000 m², situé dans le 10e arrondissement de Paris, qui était vide depuis deux ans. Le bras de fer avec le promoteur immobilier espagnol propriétaire des lieux avait duré plusieurs années, et conduit au rachat de l’immeuble par la ville de Paris en 2015.

Cette opération de rachat a été particulièrement intéressante pour le promoteur, puisqu’il en a tiré le double de ce qu’il avait déboursé en 2014 quand il avait acheté l’immeuble. Mais cela ne l’a pas empêché de poursuivre son action judiciaire. Non seulement il demande aujourd’hui 2,7 millions de dommages et intérêts, mais il a même le culot de réclamer 500 000 euros au titre de préjudice moral !

Entre-temps, le combat des habitants de l’immeuble, appuyés par Droit au logement et Jeudi noir, a abouti à leur relogement en HLM, tandis que l’immeuble a été réaménagé pour offrir une quinzaine de logements sociaux. Le tribunal ne se prononcera que le 15 mai sur les demandes du promoteur, mais il est à espérer qu’il les récusera purement et simplement.

Valérie FONTAINE