Le “ futur désirable ” de Hamon

01 Mars 2017

En visite à Lisbonne, Hamon a présenté le gouvernement du Premier ministre socialiste Antonio Costa comme un bon exemple d’une union de la gauche réussie.

Depuis quinze mois en effet, Costa gouverne avec le soutien de toute la gauche. Son programme était de mettre fin à six ans d’austérité, en augmentant les salaires et les retraites et en renforçant le service public. Où en est-on aujourd’hui ?

Même si Costa a mis fin au blocage des retraites et a augmenté le smic de 27 euros au 1er janvier, un salarié sur trois gagne moins de 700 euros et un Portugais sur cinq est en dessous du seuil de pauvreté (433 euros). Le smic est à 557 euros, le minimum vieillesse et invalidité à 263 euros. Le chômage touche 10,5 % des salariés, 26,5 % des jeunes. 550 000 salariés sont à temps partiel. L’âge de la retraite est à 66 ans et trois mois, et passera à 67 ans d’ici 2019.

Les fonctionnaires sont aujourd’hui un peu plus nombreux : il y a moins de départs en retraite et Costa procède à quelques embauches… en CDD ! Car, sur les 110 000 salariés de la fonction publique, 20 % sont précaires. Costa, qui avait promis de les titulariser, a mis sur pied un groupe de travail, qui rendra ses conclusions en octobre. Il n’y aura donc pas de titularisations avant 2018.

Si le « futur désirable » de Hamon est calqué sur le modèle portugais, il ne risque pas de faire rêver beaucoup les classes populaires.

Vincent GELAS