États-Unis : Trump, des discours aux actes

01 Mars 2017

Mardi 28 février, dans son discours devant l’ensemble du Congrès américain, Donald Trump n’a pas joué les va-t-en-guerre contre le monde entier. Bien au contraire, il ne s’est pas écarté d’un discours proclamant : « L’Amérique se porte mieux quand il n’y a pas de conflits », « Nous voulons la paix, partout où elle peut être trouvée. » Il dit « respecter le droit de toutes les nations de choisir leur propre voie » et « tirer les leçons du passé ». Il affirme même que les États-Unis ont dépensé 3 000 milliards de dollars au Moyen-Orient et qu’avec cet argent « on aurait pu reconstruire notre pays, deux fois et peut-même trois fois, si le pays avait eu des dirigeants capables de négocier des accords ».

Mais, la veille de ce discours, il a donné ses instructions aux différents ministères pour préparer le budget qu’il présentera au Congrès. C’est le budget militaire, déjà très important puisqu’il est de plus de 600 milliards de dollars et absorbe 4 % de la richesse nationale, que Trump propose d’augmenter de plus de 50 milliards, soit de quelque 9 % ! Ces milliards, ce sont les autres ministères qui sont priés de les trouver, en prenant sur les programmes sociaux de lutte contre la pauvreté, sur l’aide internationale, et tout particulièrement sur le ministère de l’Environnement qui est prié d’économiser le quart de son budget !

Non seulement ces dizaines de milliards ne vont pas contribuer à reconstruire le pays, mais ils vont contribuer à l’augmentation de la pollution, comme celle des eaux destinées à la population.

Et si cette masse de matériel moderne dont Trump veut faire cadeau à l’armée ne se transforme pas en engins de destruction massive, elle aura tout de même servi à gaver de profits les gros industriels de l’armement. Et c’est bien là le but.

Dominique CHABLIS