Région de Marseille : pollution en quantité industrielle

22 Février 2017

Une étude financée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de montrer comment la santé des habitants de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône, dans les Bouches du Rhône, est mise en danger.

Les affections respiratoires y sont nettement plus fréquentes qu’ailleurs : elles touchent près d’un adulte sur deux, et un enfant sur quatre. Les femmes habitant la zone ont trois fois plus de risques de développer un cancer que la moyenne nationale.

L’étude n’a pas pu démontrer un lien de cause à effet entre la pollution industrielle et la fréquence importante de certaines maladies. Mais ce lien est évidemment soupçonné dans cette zone industrielle, parmi les plus grandes d’Europe. Raffineries, sidérurgie, navires et très nombreux camions s’y côtoient et leur odeur insistante flotte dans l’air. L’Anses parle « d’une pollution devenue ordinaire, de débordements industriels qui se cumulent à d’autres formes d’exposition locale à la pollution ».

Le maire de Fos-sur-Mer a déclaré avoir « demandé depuis dix ans à l’État, en vain, qu’il nous ouvre les fichiers de la Sécurité sociale pour voir s’il y a effectivement plus de maladies qu’ailleurs. Comme on n’a pas de réponse, il y a un doute qui s’insinue. On veut bien vivre de l’industrie, mais on ne veut pas en mourir ! »

Une chose est sûre, ce ne sont pas les industriels qui fourniront des réponses aux habitants inquiets.

Lucien DÉTROIT