Fillon : dis-moi qui tu fréquentes…

22 Février 2017

On savait le programme de Fillon doux aux riches : ses quinze mesures phares sont autant de cadeaux fiscaux pour la bourgeoisie, avec la suppression de l’ISF, les 40 milliards de baisses de charges supplémentaires promis aux entreprises.

Ces cadeaux sont assortis de nouveaux coups contre les travailleurs, du recul de l’âge de la retraite à 65 ans à l’allongement du temps de travail, sans oublier les 100 milliards d’économies en cinq ans qu’il promet d’appliquer aux dépenses de l’État, en commençant par réduire le nombre de ses salariés.

C’est un programme fait pour les bourgeois et concocté… par les bourgeois. Car les portefeuilles bien garnis pullulent dans l’équipe de campagne et les soutiens de Fillon. Parmi les proches, on trouve le désormais célèbre Marc Ladreit de Lacharrière, qui a su offrir un petit boulot à madame Fillon dans sa Revue des deux mondes. À la tête de sa holding personnelle, l’ex-directeur financier de L’Oréal est devenu un milliardaire généreux avec ses amis ! Henri de Castries, ancien PDG du groupe AXA, figure parmi ses conseillers, notamment en matière d’économie. Il voit en Fillon l’homme capable d’une « fermeté sans faille dans l’exécution d’une stratégie d’avenir », une fermeté qu’il oriente bien évidemment contre les classes populaires.

Ces noms à particule ne sont pas les seuls à fleurer bon le Cac 40 et la grande bourgeoisie dans l’entourage du candidat. On y trouve pêle-mêle Pierre Danon, ancien dirigeant de Numericable et spécialiste d’une politique de réduction des coûts, son épouse, Laurence Danon-Arnaud, qui a su, en tant que présidente de la commission Prospectives du Medef, lui suggérer toutes sortes de « rêves d’avenir » patronaux, relayée par Viviane Chaine-Ribeiro, présidente de la fédération patronale Syntec, l’une des porte-parole officiels de Fillon.

Cette équipe de haut vol n’oublie pas de s’adresser à Dieu. Ainsi Jérôme Chartier, conseiller spécial de Fillon, organise chaque année des Entretiens à l’abbaye de Royaumont. Dirigeants économiques, hauts fonctionnaires et représentants des cultes s’y retrouvent autour de thèmes tels que « Croyant et citoyen ». En 2016, le gouverneur de la Banque de France put y évoquer « l’expérience de Jésus manager » qui a construit « l’entreprise internationale la plus durable du monde ».

Tout ce beau monde prie sans doute Jésus manager et tous ses saints pour que les casseroles familiales de Fillon ne le disqualifient pas complètement !

Nadia CANTALE