Changer la Constitution ou le rapport de force ?

22 Février 2017

Mélenchon et Hamon proposent de changer la Constitution, pour une 6e République. Une revendication qui n’entraînerait aucun changement et aucune amélioration pour les travailleurs.

Certes la Constitution actuelle, celle de la 5e République, fait de la propriété privée un principe juridique « inviolable et sacré ». Comme toutes les Constitutions bourgeoises depuis 1789, sous le prétexte de garantir les propriétés de tous les citoyens, elle protège en fait les fortunes, les industries, le grand commerce et les banques des capitalistes.

Seuls les articles de la Constitution intéressant directement les classes possédantes sont appliqués, mais jamais le droit au logement ou le droit au travail, pourtant inscrits dans les Constitutions depuis 1946.

La puissance de la bourgeoisie et sa domination sur la société ne dépendent pas d’une loi, quelle qu’elle soit. Elles sont le résultat d’un rapport de force. Le mur de l’argent n’est pas inscrit dans la Constitution, et pourtant il s’impose à tous les gouvernements et ceux-ci refusent de s’opposer au pouvoir économique de la bourgeoisie.

Il faut enlever à la bourgeoisie le contrôle qu’elle exerce sur les grandes entreprises et qui est le fondement de sa puissance sociale, et aucun bricolage constitutionnel ne le fera. Pour imposer un tel changement, les travailleurs ne peuvent compter que sur leurs luttes et leur capacité à s’organiser.

Arnaud LOUVET