Air France : après le référendum chez les pilotes

22 Février 2017

« Approuvez-vous l’externalisation d’une partie de l’activité et de la flotte long-courrier et moyen-courrier d’Air France dans une nouvelle structure ? » À cette question, relative à la création d’une compagnie low-cost et posée par référendum aux pilotes d’Air France, les deux principaux syndicats de pilotes avaient préconisé de répondre non, tant la ficelle était grosse.

Habitués à négocier sur une base corporatiste avec la direction, ces syndicats ne sont pas allés jusqu’à mener campagne contre ce projet, dont ils laissaient pourtant entendre qu’il n’y avait rien de bon à attendre. Le résultat est que les pilotes, sans doute avec l’illusion qu’ils avaient peu à perdre, voire des avantages à glaner, ont répondu oui à 58 % des votants.

Depuis des années, la direction d’Air France ne cesse de courir après des économies sur le dos du personnel. Et, pour éviter de prendre tout le monde de front, elle s’emploie à diviser pour régner.

Ainsi, récemment, elle a voulu externaliser une de ses activités les plus rentables : la Maintenance industrielle des avions. Mais, devant le rejet massif et la mobilisation des mécanos, elle a dû remballer son projet.

Elle a aussi placé les navigants techniques (les pilotes) et commerciaux (les PNC : hôtesses et stewards) dans sa ligne de mire, avec son projet Boost de compagnie low-cost. Personne ne peut avoir de doute sur ce qu’elle cherche par là.

Quand Air France a lancé sa première compagnie à coûts réduits, Transavia, qui opère sur le moyen-courrier européen, elle a recruté du personnel à des conditions de salaire et de travail bien inférieures à ce qui existe pour de mêmes emplois à Air France.

Maintenant, avec Boost, la direction générale d’Air France veut obtenir « des coûts d’exploitation inférieurs de 20 % », et vise « 35 millions d’euros d’économies sur les coûts des pilotes, dont 15 millions dans le cadre de la nouvelle compagnie ».

Devant le refus prévisible des pilotes, la direction a semblé céder sur tel ou tel point. Elle a laissé entendre que personne ne serait forcé d’aller dans la nouvelle compagnie, que les salaires y resteraient les mêmes, mais que les perspectives de carrière y seraient meilleures : quatre ans au lieu de huit avant de pouvoir passer de copilote à commandant de bord, etc. Et, pour caresser les syndicats corporatistes dans le sens du poil, elle a fait valoir qu’on consultait les pilotes, mais pas les PNC, alors que les salaires des PNC de la nouvelle compagnie low-cost seraient inférieurs de 40 % à ceux d’Air France !

La direction a donc obtenu un oui à son référendum. Du moins, chez une petite majorité de pilotes et sans qu’il s’agisse d’un blanc-seing. Quand Air France va préciser ses mesures, pour les pilotes de la low-cost comme pour ceux qui resteront sous statut Air France, il faudra qu’ils payent les 35 millions d’économies qu’elle attend.

Même saucissonnées et assaisonnées à la sauce pipeau, les mesures que la direction mijote sont toutes dirigées contre l’ensemble du personnel. S’ils décidaient de s’y opposer, les pilotes devraient le faire avec tous les autres salariés du groupe.

Correspondant LO