23 février (8 mars) 1917 : le début de la révolution russe

22 Février 2017

Le 23 février 1917 (8 mars selon le calendrier occidental), commençait à Petrograd, la capitale de la Russie tsariste, aujourd’hui Saint-Pétersbourg, la révolution qui allait ébranler le monde pour des décennies. Alors que les dirigeants des puissances européennes obligeaient leurs peuples à s’entre-tuer depuis trois ans dans les tranchées de la guerre mondiale, la classe ouvrière de Petrograd, après cinq jours de grèves et de combats de rue, fit tomber le tsar Nicolas II et son régime installé depuis des siècles.

« Le 23 février, c’était la Journée internationale des femmes, écrit Trotsky dans l’Histoire de la révolution russe. On projetait, dans les cercles de la social-démocratie, de donner à ce jour sa signification par les moyens d’usage courant : réunions, discours, tracts. La veille encore, il ne serait venu à la pensée de personne que cette Journée des femmes pût inaugurer la révolution. Pas une organisation ne préconisa de grève ce jour-là. Bien plus, une organisation bolcheviste, et des plus combatives, le comité de Vyborg, déconseillait la grève. »

Un mouvement parti des ouvrières du textile

Mais, le 23 février, « les ouvrières des usines textiles quittèrent le travail dans plusieurs fabriques et envoyèrent des déléguées aux métallos pour leur demander de soutenir la grève. C’est à contrecœur (…) que les bolcheviks marchèrent, suivis par les ouvriers mencheviks et socialistes-révolutionnaires. Mais, du moment qu’il s’agissait d’une grève de masse, il fallait engager tout le monde à descendre dans la rue et prendre la tête du mouvement. »

Il y eut ce jour-là 90 000 grévistes, des manifestations, des meetings dans les quartiers ouvriers. « Une foule de femmes, qui n’étaient pas toutes des ouvrières, se dirigea vers la Douma municipale [le conseil municipal] pour réclamer du pain. Autant demander du lait à un bouc. » écrit Trotsky.

Le lendemain, « les travailleurs se présentent dès le matin dans leurs usines et, au lieu de se mettre au travail, ouvrent des meetings, après quoi ils se dirigent vers le centre de la ville. De nouveaux quartiers, de nouveaux groupes de la population sont entraînés dans le mouvement. (…) Le mot d’ordre « Du pain » est écarté ou couvert par d’autres formules : « À bas l’autocratie ! » et « À bas la guerre ! » » Au mécontentement des ouvriers contre la guerre et ses privations, s’ajoutait leur aspiration à se débarrasser du régime tsariste haï.

« Le 25, la grève prit une nouvelle ampleur. D’après les données officielles, elle englobait 240 000 ouvriers. Des éléments arriérés s’engagent à la suite de l’avant-garde, un bon nombre de petites entreprises arrêtent le travail, les tramways ne marchent plus, les maisons de commerce restent fermées.(…) On essaie d’organiser des meetings à ciel ouvert, il se produit des conflits avec la police. »(...)

« La police montée ouvre la fusillade. Un orateur tombe blessé. Des coups de feu partent de la foule : un commissaire de police est tué, un maître de police blessé ainsi que plusieurs de ses agents. On lance sur les gendarmes des bouteilles, des pétards, des grenades. La guerre a donné de bonnes leçons dans cet art. » (...)

« Durant toute cette journée, les foules populaires ne firent que circuler de quartier en quartier, violemment pourchassées par la police, contenues et refoulées par la cavalerie et par certains détachements d’infanterie. (…) La foule témoignait à la police une haine féroce. (…) Toute différente fut la prise de contact des ouvriers avec les soldats. Autour des casernes, auprès des sentinelles, des patrouilles et des cordons de barrage, des travailleurs et des travailleuses s’assemblaient, échangeant des paroles amicales avec la troupe. C’était une nouvelle étape due à la croissance de la grève et à la confrontation des ouvriers avec l’armée. »

Les soldats basculent du côté des insurgés

La guerre avait changé l’état d’esprit des soldats. Sous l’uniforme, les paysans côtoyaient les ouvriers. Ils s’étaient politisés et partageaient le même rejet de la guerre et la même haine des officiers. Même des troupes spécialisées dans la répression, comme les Cosaques, « en avaient assez et voulaient rentrer dans leurs foyers », écrit Trotsky.

Un peu partout dans la ville, les contacts entre ouvriers et soldats se multiplient. « Ainsi, dans les rues, sur les places, devant les ponts, aux portes des casernes, se déroula une lutte incessante, tantôt dramatique, tantôt imperceptible, mais toujours acharnée, pour la conquête du soldat. (…) Dans ces rencontres les travailleuses jouent un rôle important. Plus hardiment que les hommes, elles s’avancent vers les rangs de la troupe, s’agrippent aux fusils, supplient et commandent presque : “Enlevez vos baïonnettes, joignez-vous à nous !” Les soldats s’émeuvent, se sentent tout penauds, s’entre-regardent avec anxiété, hésitent encore ; l’un d’eux, enfin, se décide avant les autres et les baïonnettes se relèvent, (...) la révolution fait un pas de plus. »

Trotsky raconte encore comment l’ouvrier bolchevik Kaïourov s’adressa aux Cosaques : « Frères Cosaques, venez au secours des ouvriers dans leur lutte pour de pacifiques revendications ! Vous voyez comment nous traitent, nous, ouvriers affamés, ces pharaons [la police montée]. Aidez-nous ! (…) Les Cosaques échangèrent entre eux des coups d’œil singuliers, dit encore Kaïourov, et nous n’avions pas eu le temps de nous éloigner qu’ils se jetaient en plein dans la mêlée. Quelques minutes plus tard, devant le perron de la gare, la foule portait en triomphe un Cosaque qui venait de sabrer un commissaire de police. »

La chute du régime

Le matin du 27, « les ouvriers affluent vers les usines et, dans leurs assemblées générales, décident de continuer la lutte. (…) Continuer la lutte signifie, ce jour-là, faire appel à l’insurrection armée. » En réalité, écrit Trotsky, « leur tâche, pour les neuf dixièmes, était déjà accomplie. La poussée révolutionnaire des ouvriers du côté des casernes coïncida avec le mouvement révolutionnaire des soldats ». Les uns après les autres, les régiments de la garnison de Petrograd basculent du côté de la révolution, chaque régiment mutiné cherchant à en convaincre d’autres pour s’assurer qu’aucun retour en arrière ne sera possible.

« Dans la journée du 27, la foule délivra, sans coup férir, les détenus politiques de nombreux lieux de détention de la capitale. » Le 27 au soir, la capitale était sous le contrôle des insurgés. Avec quelques jours de décalage, Moscou puis les villes de province tombèrent et le tsar abdiqua.

Qui a le pouvoir ?

« L’insurrection avait vaincu. Mais à qui transmit-elle le pouvoir arraché à la monarchie ? », se demande Trotsky.

Dès que la chute du tsar parut inévitable, quelques députés de la Douma (l’Assemblée nationale concédée par le tsar en 1905) se précipitèrent pour former un gouvernement provisoire. Mais le vrai pouvoir était ailleurs. Dès le soir du 27, à l’initiative des dirigeants des partis socialistes et de syndicalistes, se tenait la première réunion du Soviet [le Conseil en russe] de députés ouvriers et soldats regroupant 250 délégués venus des usines ou des régiments insurgés.

« L’expérience des soviets de 1905 s’était gravée pour toujours dans la conscience ouvrière. À chaque montée du mouvement, même au cours de la guerre, l’idée de constituer des soviets renaissait presque automatiquement, écrit Trotsky. À dater du moment où il s’est constitué, le Soviet, par le truchement de son comité exécutif, commence à agir en tant que pouvoir gouvernemental. (…) Pour enlever aux fonctionnaires de l’ancien régime la faculté de disposer des ressources financières, le Soviet décide d’occuper immédiatement la Banque d’Empire, la Trésorerie, la Monnaie (...). Les tâches et les fonctions du Soviet s’accroissent constamment sous la pression des masses. (...) Les ouvriers, les soldats et bientôt les paysans ne s’adresseront plus désormais qu’au Soviet, qui devient, à leurs yeux, le point de concentration de tous les espoirs et de tous les pouvoirs, l’incarnation même de la révolution. »

En ces journées de février, la détermination de la classe ouvrière avait abattu le tsar. Mais ce n’était encore que la première étape de la révolution russe.