SNCF-RFF : remariage annoncé

31 Octobre 2012

Le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a annoncé qu'un projet de réforme concernant la SNCF et Réseau ferré de France, propriétaire des infrastructures ferroviaires, était mis en chantier et qu'il serait présenté au Parlement courant 2013.

L'objectif n'est pas d'aboutir à un meilleur fonctionnement du réseau ferroviaire, conformément aux intérêts des travailleurs du rail et de ses usagers. Non, il s'agit seulement d'une opération financière visant à résorber l'endettement des deux entreprises, tout en améliorant leur rentabilité et leur compétitivité dans le cadre de l'ouverture du réseau à la concurrence de l'ensemble des entreprises ferroviaires européennes.

Déjà, en 1997, la division de la SNCF en deux établissements avait eu pour prétexte l'endettement de celle-ci. Réseau ferré de France avait alors hérité de la dette en même temps qu'il devenait, en guise de compensation, propriétaire de l'ensemble des infrastructures ferroviaires. Au fil des années, les relations entre les deux établissements publics, dont l'État restait le principal actionnaire, n'avaient cessé de se compliquer, au point que le ministre Cuvillier parle aujourd'hui d'un « système devenu complètement kafkaïen ». Par exemple, RFF, propriétaire en titre des voies, est incapable de se charger de leur entretien, car il n'a pas le personnel pour le faire. Il sous-traite donc ce travail... à la SNCF. Celle-ci, de son côté, pour faire circuler ses trains, s'adresse à RFF qui lui fait payer des « sillons », autrement dit des droits de passage. RFF procède avec la SNCF comme avec n'importe quelle autre entreprise ferroviaire privée qui demande à faire circuler des trains sur les voies du pays, compte tenu que certains « sillons » sont plus chers que d'autres, ou prioritaires par rapport à d'autres, etc., dans un contexte de concurrence qui se généralise pour les transports de voyageurs comme pour celui des marchandises.

La division de 1997 était une régression par rapport au fonctionnement d'un service public unique et unifié sur tout le territoire. Aujourd'hui, plutôt qu'une simple réunification, la réforme qui se dessine viserait, si l'on en croit le ministre, à « créer un gestionnaire d'infrastructures unifié » qui serait « rattaché à la SNCF au sein d'un pôle public ferroviaire unifié » ! Pourquoi faire simple quand on peut faire très compliqué ?

La logique des affaires, les préoccupations financières, la recherche de la rentabilité ne sont pas compatibles avec la mise en oeuvre de transports visant à répondre aux besoins de la population. C'est pourquoi cette réforme risque de ne produire que de nouvelles difficultés pour les travailleurs du rail comme pour les usagers.

Lucienne PLAIN